” Edito „

L’Écologie est sortie du spectre médiatique. Elle est pourtant l’enjeu majeur pour les générations actuelles et surtout à venir.

C’est pourquoi mon engagement pour l’Environnement a été et reste total.

Tout en apparaissant très larges, les politiques à mener ramènent à quelques problématiques : Climat et Énergie, Santé et Environnement, Biodiversité, Accès à l’eau potable et à l’assainissement.

C’est en réconciliant Économie et Écologie que nous y parviendrons. L’écologie peut en elle-même contribuer au développement économique. Si nous ne préservons pas l’Environnement, c’est à terme, et de plus en plus à court terme, l’Économie qui en pâtira.

Au cours du XIX° siècle et de la plus grande partie du XX°, le développement économique s’est fait contre l’écologie. A la fin du XX° siècle et au début du XXI°, on a commencé à faire de l’écologie, mais souvent contre l’économie.

Il nous faut faire maintenant de l’économie avec l’écologie et pourquoi pas pour l’écologie. Lutter contre la pauvreté, favoriser la croissance économique, préserver l’environnement doivent aujourd’hui être des objectifs communs.

Serge LEPELTIER

La Moto, une deuxième passion

C’est, il y a quelques années, que je m’étais mis à la moto. J’avais envie de retrouver des sensations de liberté et de découverte de nouveaux espaces.

 

Ce sont deux ou trois amis, eux-mêmes motards, qui m’en ont donné l’occasion en m’y incitant, tout en me recommandant d’essayer pour voir si j’étais vraiment mordu…

 

J’ai donc sauté le pas en achetant dans un premier temps une 125 pour découvrir, connaître les sensations et envisager la suite.

 

Le coup de foudre s’est prolongé. J’ai passé le permis (nécessaire au-dessus de 125). Pas facile de se replonger dans le code avec de nouvelles règles, des questions dont la logique échappe parfois (j’avais passé mon permis voiture en 1971…). Et surtout la pratique qui nécessite beaucoup de dextérité et de maîtrise de soi. Mais j’avais le meilleur des moniteurs (Je ne peux pas le citer pour cause de pub … mais il se reconnaîtra…).

 

Depuis j’ai roulé avec ce que l’on appelle une grande routière : Magnifiques périples en montagne, dans les plus beaux paysages de France et bien sûr aussi dans notre région : Sologne, Pays-Fort, Boischaut, Vallée de la Loire, Forêt de Tronçais…

 

J’ai aussi découvert le monde de la moto fait de personnes passionnées. C’est tout le contraire de ce que, parfois, on imagine : Monde chaleureux, d’amitié, de respect, de tolérance. Les usagers de la route auraient souvent beaucoup à  apprendre d’eux.

Mais malheureusement j’ai dû, pour des raisons liées au dos, abandonner cette pratique, ce que je regrette. Et pour garder à minima l’atmosphère de l’air extérieur, de la promenade dans la campagne avec les odeurs ambiantes, j’ai investi dans une petite voiture cabriolet… Pas désagréable non plus…



Laisser une réponse