” Edito „

L’Écologie est sortie du spectre médiatique. Elle est pourtant l’enjeu majeur pour les générations actuelles et surtout à venir.

C’est pourquoi mon engagement pour l’Environnement a été et reste total.

Tout en apparaissant très larges, les politiques à mener ramènent à quelques problématiques : Climat et Énergie, Santé et Environnement, Biodiversité, Accès à l’eau potable et à l’assainissement.

C’est en réconciliant Économie et Écologie que nous y parviendrons. L’écologie peut en elle-même contribuer au développement économique. Si nous ne préservons pas l’Environnement, c’est à terme, et de plus en plus à court terme, l’Économie qui en pâtira.

Au cours du XIX° siècle et de la plus grande partie du XX°, le développement économique s’est fait contre l’écologie. A la fin du XX° siècle et au début du XXI°, on a commencé à faire de l’écologie, mais souvent contre l’économie.

Il nous faut faire maintenant de l’économie avec l’écologie et pourquoi pas pour l’écologie. Lutter contre la pauvreté, favoriser la croissance économique, préserver l’environnement doivent aujourd’hui être des objectifs communs.

Serge LEPELTIER

Des peintures remarquables au Musée du Berry.

J’ai inauguré récemment une exposition de peintures remarquables au Musée du Berry intitulée ‘’Œuvres Dévoilées’’.

C’est en effet la première fois que nous ‘’dévoilons’’ des œuvres rares voire inconnues et provenant des réserves des Musées de Bourges.

Ce fut vraiment un plaisir de voir de telles œuvres exposées alors qu’elles étaient restées trop longtemps dans nos réserves.

Pour bien connaitre les réserves des Musées de Bourges, je savais qu’elles étaient remplies de trésors.

On a pu ainsi découvrir la beauté et la qualité de ces toiles pratiquement inconnues et parfaitement mises en valeur dans ces salles fraichement repeintes et rénovées.

J’ai vraiment été émerveillé par de tels ouvrages qui vont du XVème siècle au XIXème siècle, disposés de façon judicieuse et avec un accrochage chronologique.

Choisir une quarantaine de toiles parmi les 900 que possèdent les réserves des musées, n’a pas été simple, d’autant plus qu’il a fallu pour une dizaine de ces toiles, une restauration quasi complète qui a été réalisée directement au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, situé à Versailles.

On ne peut pas faire mieux en termes de restauration !

La Ville de Bourges est donc très heureuse d’offrir aux Berruyers cette opportunité de découvrir des œuvres qui, encore une fois, n’ont pratiquement jamais été vues et qui montrent l’évolution de la peinture à travers les siècles.

Je veux donc mettre en avant le travail fait par la ville et les musées pour faire connaitre aux Berruyers les trésors cachés de nos musées.

Et je souhaite vraiment que les Berruyers viennent nombreux visiter cette exposition.

Serge LEPELTIER

20-01-2014

Mots-clefs : , ,



Laisser une réponse