” Edito „

L’Écologie est sortie du spectre médiatique. Elle est pourtant l’enjeu majeur pour les générations actuelles et surtout à venir.

C’est pourquoi mon engagement pour l’Environnement a été et reste total.

Tout en apparaissant très larges, les politiques à mener ramènent à quelques problématiques : Climat et Énergie, Santé et Environnement, Biodiversité, Accès à l’eau potable et à l’assainissement.

C’est en réconciliant Économie et Écologie que nous y parviendrons. L’écologie peut en elle-même contribuer au développement économique. Si nous ne préservons pas l’Environnement, c’est à terme, et de plus en plus à court terme, l’Économie qui en pâtira.

Au cours du XIX° siècle et de la plus grande partie du XX°, le développement économique s’est fait contre l’écologie. A la fin du XX° siècle et au début du XXI°, on a commencé à faire de l’écologie, mais souvent contre l’économie.

Il nous faut faire maintenant de l’économie avec l’écologie et pourquoi pas pour l’écologie. Lutter contre la pauvreté, favoriser la croissance économique, préserver l’environnement doivent aujourd’hui être des objectifs communs.

Serge LEPELTIER

Transition énergétique: Indispensable à la lutte contre le changement climatique

La communication faite en conseil des ministres sur la future loi de programmation pour un nouveau modèle énergétique français apparaît pragmatique.

La future loi peut répondre aux objectifs de lutte contre le changement climatique. Ils sont clairement définis avec en particulier la réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à celles de 1990.

Les évolutions envisagées dans le secteur des transports apparaissent toutefois insuffisantes eu égard aux émissions très élevées de gaz à effet de serre de ce secteur.

Les incitations et obligations envisagées dans le secteur du bâtiment (allègement fiscal, éco-prêt à taux zéro…) sont plus cohérentes et en fait indispensables pour relancer la construction et la rénovation en déperdition totale aujourd’hui. Et ceci avec l’objectif de diminution des gaz à effet de serre.

Mais le diable se situe dans les détails !

Et il conviendra d’être très vigilant sur le texte lui-même du projet de loi de programmation, sur les lois d’application et encore plus sur les applications règlementaires avec les normes qui en découlent.

Ainsi, suite au grenelle de l’environnement, le texte d’application de la règlementation thermique (RT 2012) méconnaît les objectifs sur la transition énergétique: priorité à la maîtrise  des émissions de gaz à effet de serre et soutien au développement des énergies renouvelables, notamment l’éolien et le photovoltaïque. Il aboutit à un déséquilibre en faveur des énergies plus émettrices de gaz à effet de serre et participant au déséquilibre de notre balance commerciale.

La vigilance sera donc indispensable pour renforcer le côté positif de cette transition énergétique et aboutir à une vraie lutte contre le changement climatique.

Serge Lepeltier

07/07/14

 

Mots-clefs : , , ,



Laisser une réponse