” Edito „

L’Écologie est sortie du spectre médiatique. Elle est pourtant l’enjeu majeur pour les générations actuelles et surtout à venir.

C’est pourquoi mon engagement pour l’Environnement a été et reste total.

Tout en apparaissant très larges, les politiques à mener ramènent à quelques problématiques : Climat et Énergie, Santé et Environnement, Biodiversité, Accès à l’eau potable et à l’assainissement.

C’est en réconciliant Économie et Écologie que nous y parviendrons. L’écologie peut en elle-même contribuer au développement économique. Si nous ne préservons pas l’Environnement, c’est à terme, et de plus en plus à court terme, l’Économie qui en pâtira.

Au cours du XIX° siècle et de la plus grande partie du XX°, le développement économique s’est fait contre l’écologie. A la fin du XX° siècle et au début du XXI°, on a commencé à faire de l’écologie, mais souvent contre l’économie.

Il nous faut faire maintenant de l’économie avec l’écologie et pourquoi pas pour l’écologie. Lutter contre la pauvreté, favoriser la croissance économique, préserver l’environnement doivent aujourd’hui être des objectifs communs.

Serge LEPELTIER

Régionales : La question du MODEM doit être posée

Gagner la Région Centre pour l’UMP ne sera pas facile mais, j’en suis convaincu, c’est possible.

 

Pour cela, une réponse doit être apportée à une question majeure : la question d’un véritable accord politique autour d’un large rassemblement.

 

L’UMP, seule, ne gagnera pas.

 

Dans certaines circonscriptions législatives, oui elle peut gagner seule. Dans certains départements, oui peut-être ? Mais rien n’est moins sûr car je ne connais pas beaucoup de départements dont l’UMP fait seule la majorité. Dans les régions, c’est mathématiquement impossible.

 

L’idée à la base de la création de l’UMP était une idée d’ouverture, une idée de rassemblement qui permette de réunir toutes celles et tous ceux qui refusent le dogmatisme de la gauche et de l’extrême-gauche.

 

Dans cette perspective, les élections régionales sont essentielles.

 

Pourquoi ?

 

Il nous faut construire un accord politique au-delà de l’UMP et donc, non seulement en direction du Nouveau Centre, mais aussi en direction du MODEM.

 

Rien ne serait pire pour l’avenir que de rejeter le MODEM et ses électeurs vers l’opposition. Il nous faut au contraire, comme je l’ai fait aux dernières municipales à Bourges et comme ceci a été fait dans d’autres villes les ramener par des accords locaux à gérer les collectivités avec nous.

 

Les relations de la droite et du centre n’ont jamais été simples dans l’histoire politique de notre pays. Rappelons-nous les relations pour le moins mouvementées entre Valéry Giscard d’ Estaing et Jacques Chirac. Ceci n’empêchait pas les accords locaux entre le RPR et l’UDF.

 

De la même façon un accord local avec le MODEM n’empêchera sûrement pas François Bayrou d’être candidat à la future présidentielle mais ceci empêchera son électorat de se durcir contre notre politique et nos élus.

 

C’est la clé du succès aux futures élections régionales.

 

Nous avons une responsabilité historique : ne pas laisser les électeurs du MODEM aller grossir les rangs des électeurs de la gauche. C’est pour moi la voix pour empêcher un grand nombre d’électeurs de fuir définitivement vers l’opposition nationale, ce qui, pour le 2° tour de l’élection présidentielle, est un risque majeur.

Mots-clefs : , , ,



Laisser une réponse