” Edito „

L’Écologie est sortie du spectre médiatique. Elle est pourtant l’enjeu majeur pour les générations actuelles et surtout à venir.

C’est pourquoi mon engagement pour l’Environnement a été et reste total.

Tout en apparaissant très larges, les politiques à mener ramènent à quelques problématiques : Climat et Énergie, Santé et Environnement, Biodiversité, Accès à l’eau potable et à l’assainissement.

C’est en réconciliant Économie et Écologie que nous y parviendrons. L’écologie peut en elle-même contribuer au développement économique. Si nous ne préservons pas l’Environnement, c’est à terme, et de plus en plus à court terme, l’Économie qui en pâtira.

Au cours du XIX° siècle et de la plus grande partie du XX°, le développement économique s’est fait contre l’écologie. A la fin du XX° siècle et au début du XXI°, on a commencé à faire de l’écologie, mais souvent contre l’économie.

Il nous faut faire maintenant de l’économie avec l’écologie et pourquoi pas pour l’écologie. Lutter contre la pauvreté, favoriser la croissance économique, préserver l’environnement doivent aujourd’hui être des objectifs communs.

Serge LEPELTIER

Mes films cultes

Il y a tant de films qui me viennent à l’esprit que j’ai du mal à faire le tri.

 

Je ne suis plus beaucoup allé au cinéma ces dernières années faute de temps alors que pour moi le cinéma est un immense plaisir. J’ai même pendant ma période ministérielle acheté un lecteur de DVD portable pour profiter de mes longs déplacements en avion vers le Japon, vers l’Afrique, vers Tahiti… pour revoir mes films préférés. Et aujourd’hui, il m’arrive (trop rarement) lorsque j’ai deux heures d’en profiter pour regarder un DVD.

 

Film culte ? Celui qui toujours revient en premier est « Midnight Express », témoignage extrême du courage et de l’acharnement d’un homme à retrouver sa liberté.

 

Difficile pour les autres de parler de films cultes car ce sont plutôt pour moi des coups de cœur : « American Beauty », belle illustration de la société américaine ; sans oublier pour l’atmosphère américaine « New York, New York », la comédie musicale que je préfère ; « Billy Eliott », ce danseur anglais sorti d’une famille de mineurs ; pour la nostalgie de mes dix années de pension « Le cercle des poètes disparus » et « Les Choristes » ; pour le vrai cinéma français « César et Rosalie » ; et pourquoi ne pas le dire « Love story » avec Ali Mac Graw et Ryan O’Neal qui a fait pleurer beaucoup d’adolescents amoureux…

 

Mais la liste n’est pas exhaustive…       

 

Un de mes derniers films vu : « Good Bye Lenin ! » de Wolfgang Becker. Sur la chute du mur et la réunification de l’Allemagne. Très drôle mais aussi très émouvant.

Et je vais maintenant essayer de rattraper le retard par une présence plus fréquente dans les salles de cinéma…



Laisser une réponse