” Edito „

L’Écologie est sortie du spectre médiatique. Elle est pourtant l’enjeu majeur pour les générations actuelles et surtout à venir.

C’est pourquoi mon engagement pour l’Environnement a été et reste total.

Tout en apparaissant très larges, les politiques à mener ramènent à quelques problématiques : Climat et Énergie, Santé et Environnement, Biodiversité, Accès à l’eau potable et à l’assainissement.

C’est en réconciliant Économie et Écologie que nous y parviendrons. L’écologie peut en elle-même contribuer au développement économique. Si nous ne préservons pas l’Environnement, c’est à terme, et de plus en plus à court terme, l’Économie qui en pâtira.

Au cours du XIX° siècle et de la plus grande partie du XX°, le développement économique s’est fait contre l’écologie. A la fin du XX° siècle et au début du XXI°, on a commencé à faire de l’écologie, mais souvent contre l’économie.

Il nous faut faire maintenant de l’économie avec l’écologie et pourquoi pas pour l’écologie. Lutter contre la pauvreté, favoriser la croissance économique, préserver l’environnement doivent aujourd’hui être des objectifs communs.

Serge LEPELTIER

Présidence Académie de l’Eau: Un Honneur et une forte motivation

5 mai 2014

L’eau, c’est la vie.

Elle est à la base même de la vie sur la planète. Vie des espèces végétales, vie des espèces animales et bien sûr vie de l’espèce humaine. Notre corps est composé de 70 % d’eau, ne l’oublions pas.

C’est pourquoi l’Académie de l’Eau est une institution au cœur de l’essentiel. Les problèmes liés à l’eau sont ceux liés à la quantité et à la qualité. Que la moitié de la population du monde n’ait pas accès à une eau de bonne qualité ou à l’assainissement est le 1er Défi Mondial à surmonter.

L’Académie de l’Eau est une institution originale, en tant que centre indépendant de réflexion et de proposition pluridisciplinaire, intersectoriel et prospectif, soucieux de contribuer à améliorer la gestion des ressources et des multiples usages de l’eau, en France et à l’international.

Depuis le XVIIIème siècle des efforts considérables ont amélioré les connaissances scientifiques, techniques et technologiques ainsi que les savoir-faire, permettant un intense développement économique. Mais ce développement au XVIII°,  XIX° et en grande partie au XX° siècle s’est fait contre l’écologie. Et dans les 30 dernières années, l’écologie elle-même s’est souvent faite contre l’économie. L’objectif aujourd’hui est donc de faire l’économie avec l’écologie et, pourquoi pas, pour l’écologie.

Nous voyons aujourd’hui les limites du mode de développement qui a conduit à un épuisement progressif des ressources, à une diminution de la biodiversité et à de multiples tensions sur l’environnement, en particulier sur l’eau.

Promouvoir des formes nouvelles « d’économie verte » plus sobres et davantage respectueuses des équilibres naturels, stimuler les réflexions et les engagements collectifs cohérents avec les Droits de l’Homme dans tous les domaines de l’eau, inscrire l’action publique dans le long terme avec une démarche prospective et transdisciplinaire trop souvent absente des décisions collectives, est pour l’Académie de l’Eau une ardente obligation fidèle aux valeurs humanistes de ses fondateurs.

Il y a là matière pour une fructueuse collaboration interdisciplinaire entre représentants des sciences exactes et des sciences humaines et sociales, et aussi pour un renouvellement du dialogue de ces acteurs avec la société civile.

C’est pourquoi la présidence de l’Académie de l’Eau est pour moi à la fois un Honneur et une forte motivation.

Serge Lepeltier

05/05/14

 

 

Les effets du Réchauffement Climatique s’accentuent

8 avril 2014

En travaillant sur mon rapport parlementaire de 1999 concernant les outils économiques et fiscaux pour lutter contre le changement climatique, j’avais envisagé les conséquences du réchauffement qui apparaissaient les plus négatives.

Or elles ont toutes été dépassées depuis. Les rapports du Groupe d’Experts Intergouvernementaux sur l’Evolution du Climat (GIEC) présentent toujours une fourchette en mini et maxi de ce qui peut se produire. A la suite des 4 premiers rapports, c’est à chaque fois le haut de la fourchette qui a été atteint.

C’est pourquoi le 5° rapport dont le 2° volet publié fin mars 2013 sur les impacts du réchauffement et les vulnérabilités des sociétés apparaît particulièrement inquiétant.

Si on ne veut pas dépasser la hausse de 2°C par rapport à la période pré-industrielle, il ne faudrait pas consommer plus de 20% des réserves de pétrole actuelles et pas plus de 2 à 3% des réserves de charbon actuelles. Comment l’imaginer au vu de la faible transition énergétique ?

Les impacts du réchauffement arrivent donc beaucoup plus vite que cela avait été prévu. Dans la 2ème partie du XXI° siècle, les étés de forte chaleur vont se multiplier. Ils seront de 7 à 8°C supérieurs à la moyenne alors que l’été 2003 ne l’a été que (!) de 2 à 3°C.

Nous aurons selon les lieux un manque d’Eau ou trop d’Eau. Environ 50% de la population mondiale vivra avec un manque d’Eau dû à un stress hydrique. A l’opposé, de nombreuses villes concentreront des risques d’inondation.

Atténuer les émissions de gaz à effet de serre mais aussi s’adapter au changement climatique sont à l’évidence des politiques prioritaires pour aujourd’hui et pour demain.

Serge LEPELTIER

08/04/2014

Grand Moment d’Emotion

31 mars 2014

La victoire de Pascal Blanc a été pour moi un grand moment d’émotion.

D’abord bien sûr parce que je suis au début d’une nouvelle vie. La fonction de Maire m’a passionné et j’ai fait le choix de ne pas me représenter en toute connaissance de cause. Mais restant profondément attaché à ma ville, je voulais que son avenir soit pleinement assuré.

Et c’est la seconde raison liée à mon émotion. Pascal Blanc saura projeter Bourges dans l’avenir, en assurer l’évolution et apporter à l’ensemble des Berruyères et des Berruyers les services indispensables à leur qualité de vie.

Une page se tourne.

Je vais maintenant renforcer mon implication dans la défense de l’environnement. Biodiversité, Climat-Energie, Qualité de l’Eau: les domaines sont tellement nombreux et les actions indispensables qu’un quelconque ennui n’est pas prévisible…

Serge Lepeltier

31/03/2014

MERCI POUR VOTRE CONFIANCE !

25 mars 2014

Vous le savez, à la fin du mois de mars, je quitterai mes fonctions de Maire de Bourges, fonctions dans lesquelles je me suis totalement investi et dont la responsabilité m’a passionné au plus au haut point.

Je tiens à remercier du fond du cœur toutes celles et tous ceux qui m’ont fait confiance en me permettant d’accéder à cette fonction depuis 1995 et à trois reprises.

Je n’aurais jamais imaginé en faire autant en dix-neuf ans. Mais je n’aurais jamais imaginé qu’il en reste autant à faire.

Si j’ai décidé de ne pas me présenter aux prochaines élections municipales, c’est parce que je suis convaincu qu’un renouvellement peut être bénéfique et qu’une nouvelle dynamique peut naître.

Je reste cependant profondément attaché à Bourges et à ses habitants. Mon engagement personnel au service de l’intérêt général se poursuivra sous d’autres formes. Je pense continuer à être utile à ma ville.

Bourges est au cœur de ma vie. J’ai confiance en son avenir.

A toutes celle et tous ceux qui m’ont accompagné tout au long de ces années, je dis un grand MERCI.

Merci également aux Berruyères et aux Berruyers pour tout ce qu’ils m’ont apporté.

Encore merci pour votre confiance !

Serge LEPELTIER

17-03-2014

Mes musiques et chansons

25 mars 2014
Je suis très peu l’actualité dans ce domaine et en suis resté à mes coups de foudre lointains : les Beatles bien sûr ou les Stones mais aussi Cat Stevens, Simon and Garfunkel, Phil Collins, Sade…

 

Pour la chanson française, Jean Ferrat même si cela surprend, Jacques Brel, Maxime Le Forestier, Barbara, Véronique Sanson…

 

J’ai même récemment après son passage au Printemps de Bourges et pour me replonger dans les années 60 acheté une compilation d’Adamo dont je me suis aperçu connaître quasiment par cœur une grande partie des chansons. Il faut dire que ma sœur, mon frère et moi avions réussi à convaincre nos parents de nous amener le voir à l’Olympia au début de son époustouflante carrière en 1964.

 

Pour le classique, la guitare est mon instrument préféré. Je ne me lasse pas d’écouter Alexandre Lagoya mais aussi des disques d’Alvaro Pierri qui passe régulièrement à Bourges. Toutes les musiques baroques aussi, en particulier celles utilisant le clavecin dont le son est si particulier. Egalement les Flute Sonates et Cantates pour alto de Bach…

 

Le Printemps de Bourges est pour moi l’un des moments privilégiés pour vivre intensément certains spectacles. Bien avant mes fonctions de maire, je faisais la queue plusieurs heures pour être bien placé. Celui qui reste dans ma mémoire comme, j’imagine dans celle de beaucoup d’autres, c’est Johnny Cleg (Asibonanga…). 3 heures de queue et plus de trois heures de spectacle avec un public de (les chiffres varient souvent) près de 18000 personnes. Mais aussi bien sûr les spectacles de Renaud, Higelin, Indochine (le premier)…

Une chose récente: ayant un peu plus de temps à moi, je me suis mis à l’apprentissage du Piano. Le solfège, appris dans l’enfance, reste manifestement dans quelques parties du cerveau. Pas trop de difficultés pour cela. Mais ce n’est pas la même chose pour la pratique. Presque simple au départ, mais de plus en plus dur au fur et à mesure que l’on avance… 

Mon combat pour l’Ecologie

25 mars 2014

C’est la plongée sous-marine qui m’a sensibilisé à l’écologie. Je suis allé pour la première fois plonger aux Maldives au milieu des années 80. Merveilleux sites avec des coraux aux multiples couleurs et aux formes démesurées.

 

J’y suis retourné dix ans plus tard. Après le passage d’El Nino et la hausse des températures, les coraux étaient morts. Ce fut un vrai choc.

 

Je me suis alors dit qu’on ne pouvait pas être engagé en politique et ne pas s’en préoccuper.

 

Elu sénateur en 1998, j’ai décidé de m’y consacrer pleinement. Désigné vice-président de la commission à la prospective, je me suis fait donné la responsabilité d’un rapport sur le changement climatique. J’ai ensuite approfondi la plupart des grandes questions écologiques.

 

Aujourd’hui je sais que tout va très vite. Dans mes fonctions ministérielles, j’ai surtout appris une chose : que la détérioration de l’environnement va plus vite qu’on ne le dit et que la situation est plus grave que je ne le pensais.

 

C’est pourquoi dans ce domaine comme dans d’autres, il faut arrêter de faire semblant et s’attaquer aux vraies solutions.

 

C’est tout le sens de mon combat d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

La Moto, une deuxième passion

25 mars 2014

C’est, il y a quelques années, que je m’étais mis à la moto. J’avais envie de retrouver des sensations de liberté et de découverte de nouveaux espaces.

 

Ce sont deux ou trois amis, eux-mêmes motards, qui m’en ont donné l’occasion en m’y incitant, tout en me recommandant d’essayer pour voir si j’étais vraiment mordu…

 

J’ai donc sauté le pas en achetant dans un premier temps une 125 pour découvrir, connaître les sensations et envisager la suite.

 

Le coup de foudre s’est prolongé. J’ai passé le permis (nécessaire au-dessus de 125). Pas facile de se replonger dans le code avec de nouvelles règles, des questions dont la logique échappe parfois (j’avais passé mon permis voiture en 1971…). Et surtout la pratique qui nécessite beaucoup de dextérité et de maîtrise de soi. Mais j’avais le meilleur des moniteurs (Je ne peux pas le citer pour cause de pub … mais il se reconnaîtra…).

 

Depuis j’ai roulé avec ce que l’on appelle une grande routière : Magnifiques périples en montagne, dans les plus beaux paysages de France et bien sûr aussi dans notre région : Sologne, Pays-Fort, Boischaut, Vallée de la Loire, Forêt de Tronçais…

 

J’ai aussi découvert le monde de la moto fait de personnes passionnées. C’est tout le contraire de ce que, parfois, on imagine : Monde chaleureux, d’amitié, de respect, de tolérance. Les usagers de la route auraient souvent beaucoup à  apprendre d’eux.

Mais malheureusement j’ai dû, pour des raisons liées au dos, abandonner cette pratique, ce que je regrette. Et pour garder à minima l’atmosphère de l’air extérieur, de la promenade dans la campagne avec les odeurs ambiantes, j’ai investi dans une petite voiture cabriolet… Pas désagréable non plus…

Mes films cultes

25 mars 2014

Il y a tant de films qui me viennent à l’esprit que j’ai du mal à faire le tri.

 

Je ne suis plus beaucoup allé au cinéma ces dernières années faute de temps alors que pour moi le cinéma est un immense plaisir. J’ai même pendant ma période ministérielle acheté un lecteur de DVD portable pour profiter de mes longs déplacements en avion vers le Japon, vers l’Afrique, vers Tahiti… pour revoir mes films préférés. Et aujourd’hui, il m’arrive (trop rarement) lorsque j’ai deux heures d’en profiter pour regarder un DVD.

 

Film culte ? Celui qui toujours revient en premier est « Midnight Express », témoignage extrême du courage et de l’acharnement d’un homme à retrouver sa liberté.

 

Difficile pour les autres de parler de films cultes car ce sont plutôt pour moi des coups de cœur : « American Beauty », belle illustration de la société américaine ; sans oublier pour l’atmosphère américaine « New York, New York », la comédie musicale que je préfère ; « Billy Eliott », ce danseur anglais sorti d’une famille de mineurs ; pour la nostalgie de mes dix années de pension « Le cercle des poètes disparus » et « Les Choristes » ; pour le vrai cinéma français « César et Rosalie » ; et pourquoi ne pas le dire « Love story » avec Ali Mac Graw et Ryan O’Neal qui a fait pleurer beaucoup d’adolescents amoureux…

 

Mais la liste n’est pas exhaustive…       

 

Un de mes derniers films vu : « Good Bye Lenin ! » de Wolfgang Becker. Sur la chute du mur et la réunification de l’Allemagne. Très drôle mais aussi très émouvant.

Et je vais maintenant essayer de rattraper le retard par une présence plus fréquente dans les salles de cinéma…

La Plongée sous-marine, une vraie passion

25 mars 2014

C’est un peu par hasard que j’ai commencé à faire de la plongée. En week-end dans le sud de la France, le frère d’un ami chez qui j’étais m’a dit qu’il partait faire de la plongée. Je me suis dit : pourquoi pas ? Et je suis parti avec lui pensant qu’il était expérimenté. En fait, comme moi, c’était sa première plongée !!

 

Un bateau de plongeurs venait sur la plage et emmenait ceux qui voulaient faire leur baptême de plongée. La mer était très mauvaise avec une forte houle. La mise à l’eau a été difficile. Je n’avais même jamais eu un tuba dans la bouche ! J’étouffais dans une combinaison louée trop petite. Gros stress mais je suis tout de même allé avec le moniteur à près de dix mètres de profondeur. Le lendemain, lorsque le responsable du bateau m’a vu revenir, il m’a dit : « Toi, avec la peur que tu as eu hier, si tu reviens aujourd’hui, c’est que tu seras un vrai plongeur… ».

 

30 ans après, je peux dire que la plongée me donne les moments parmi les plus merveilleux de ma vie. Dans la plongée, j’aime tout : sites avec des profondeurs vertigineuses, constructions de coraux aux multiples couleurs, poissons aux formes et couleurs inimaginables (La nature est stupéfiante…), sans oublier mes plus belles rencontres avec des tortues en pleine eau, une raie-manta, des bancs de requins-marteaux, un requin-baleine…

 

A ne pas oublier : les moments de convivialité et de vraie amitié sur les bateaux de croisière-plongée où l’on parle de nos plongées du jour autour… d’un verre…

Bourges, une ville aux multiples activités.

10 mars 2014

Le week-end qui arrive, verra encore de nombreuses activités offertes aux Berruyers et aux touristes.

Les deux faits les plus marquants sont la Nuit des Arts Martiaux et les Rencontres Nationales Chauves-souris.

La 14ème édition de la Nuit des Arts Martiaux propose cette année un programme encore exceptionnel avec des disciplines telles que le karaté, le judo, le kendo, le viet vo dao, le taekwondo et plein d’autres surprises que nous réserveront les 17 clubs organisateurs !

Cette manifestation attire chaque année de plus en plus de spectateurs pratiquants et passionnés d’arts martiaux mais aussi un public plus large heureux de découvrir des disciplines parfois peu connues.

Quant aux Rencontres Nationales Chauves-souris, la 15ème édition réunira encore tous les passionnés français et même étrangers, sous l’égide de la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM) et préparée par le Muséum d’Histoire Naturelle de Bourges.

Là également, ce rendez-vous attire de plus en plus de participants puisqu’à côté de l’Auditorium du Conservatoire où se dérouleront les communications plénières, d’autres salles ont été mises à disposition pour l’installation de stands où sont présentés les ouvrages spécialisés et le matériel pour l’étude des chauves-souris

Enfin, une autre manifestation à ne pas manquer pour les spécialistes des fossiles et minéraux : la vingt huitième édition du Salon des Minéraux qui réunira une trentaine d’exposants et leurs plus belles pièces, parfois dignes d’un musée.

Durant ces deux jours, les organisateurs attendent près de deux mille visiteurs sur ce salon réputé dans toute la France.

Et bien d’autres animations et festivités que vous pouvez découvrir sur le site internet de la Ville de Bourges !

Bourges est assurément une ville dynamique !

Serge LEPELTIER

10-03-2014